CmemPAMAL_Logo.jpg
cpamal_full_noir.png

      Le projet CPAMAL (« Centre de Projection pour l’Art, les Métiers d’Art et le Luxe »), lancé en 2020, a pour objectif la mise en place d’un atelier spécialisé, appelé aussi centre pour une meilleure acronymie, au service des artistes, artisans, designers, et industriels, ces derniers étant prioritairement du secteur de la mode et du luxe. L’activité en sera principalement la projection thermique pour la réalisation de dépôts et revêtements superficiels. Si le procédé de projection thermique est largement répandu dans l’industrie, depuis des lustres, ses applications dans le domaine de l’art, des métiers d’art et du design ne sont encore qu’embryonnaires, aujourd’hui. Elles sont, cependant, appelées à une croissance forte, à laquelle CPAMAL a pour ambition de contribuer, en précurseur, grâce au développement de l’expérience et du savoir-faire de CmemPAMAL sur lesquels s’appuie, en partie, CPAMAL et auquel il est associé. La projection thermique se situe, dans l’historique (cf. vidéo*) du développement des procédés de projection pour l’art, comme le dernier en date et le plus innovant. D’ici la mise en route de CPAMAL prévue courant 2021, les travaux qui lui seront demandés d’ici là, seront menés chez certains partenaires au sein du projet. Le site internet de CPAMAL, en construction, sera mis en ligne aussi en 2021.

      La justification du projet CPAMAL se trouve dans l’article co-signé par CmemPAMAL et intitulé « La projection thermique se projette maintenant dans l’art et les métiers d’art ». Les potentiels partenaires intéressés sont invités à entrer en relation avec CmemPAMAL (page « Contact »).

      Le projet CPAMAL rejoint la phase 2 du projet  AesthEff  (« Aesthetica Effusio ») décrit dans la page de ce site (CmemPAMAL) qui lui est consacrée. Il y est prévu, en effet, l’utilisation de moyens de projection thermique pour la création artistique, dans les arts plastiques comme dans les arts décoratifs. CmemPAMAL prendra soin de jouer à fond la carte de la synergie entre les 2 projets pour qu’ils en récoltent chacun des bénéfices croisés.

      CPAMAL s’ouvrira, éventuellement, à d’autres procédés de traitements des matériaux en complément de la projection thermique, en fonction de la demande exprimée par les utilisateurs de l’atelier. Ici aussi CPAMAL sera en forte interaction avec CmemPAMAL qui pratique son activité de conseil au-delà de la projection thermique.

* L’historique de la projection, montré sur la vidéo, se rapporte aux arts plastiques, prioritairement à l’art pictural. L’art musical aurait pu/dû aussi être évoqué puisque  la projection sonore, notamment, s’est développée avec le temps jusqu’à être théorisée en  musique contemporaine. La vidéo présente, quand même, l’exemple de la pièce composée par Camile Pépin, « Number 1 », magnifiquement proposée par la pianiste Célia Oneto Bensaid, notamment dans son éblouissant enregistrement paru en 2021,  « Metamorphosis », s’articulant sur le chef-d’œuvre absolu de Philip Glass du même nom. Cette pièce est, en effet, revendiquée par Camille Pépin comme ayant été inspirée du travail du peintre Jackson Pollock dont la technique  de projection de peinture dite « dripping » représente  un jalon majeur dans l’historique de la projection (cf. vidéo correspondante). Le vocabulaire utilisé par Camille Pépin pour décrire son œuvre, « percussif, perlé, cristallin,… », magnifiée par le piano-orchestre de Célia Oneto Bensaid, rejoint, d’ailleurs, celui de la projection thermique. L’instrumentiste, dans son expression artistique, allie dans son jeu la puissance à la fluidité que peut aussi évoquer le procédé de projection thermique. Le génie (musical) de l’interprétation y rejoint alors le génie (au sens technique/scientifique du terme) des matériaux.